Les abeilles et les vignes : amies ou ennemies ?

Les abeilles contrairement à leurs ennemis les guêpes, semblent avoir un rôle médicinal sur les raisins. En effet, les piqures de guêpes altèrent les baies qui favorisent la dégradation de l’éthanol contenu dans le vin (piqûre acétique). Tandis que les abeilles ne semblent pas avoir de piqûre acétique sur les parcelles de vignes. Certains vignerons n’hésitent pas à dire que la présence accrue des abeilles pourrait alors conduire à une augmentation d’environ 10% de la production de raisin. Mais attention cela n’apporte aucun arôme de miel au vin !

Celles-ci ont peu de distance à parcourir, donc moins d’énergie à dépenser dans les vignobles, et assurent donc leur rôle d’insecte polinisateur. Pour revenir aux guêpes, on en déduit que les abeilles assurent le service après l’attaque de guêpe, mais ne butinent pas les baies déjà percées par les guêpes. La fleur de la vigne, qui produit peu de nectar, les attirent peu mais permettent de maintenir la biodiversité d’un vignoble.

Les abeilles : un indicateur environnemental des opérations viticoles

 

Les vignerons de Buzet (Bruch, Lot-et-Garonne), ont investi dans des ruches équipées de capteurs BeeGuard (avec le soutien de l’association Abeille Gasconne). En effet ils ont installé des ruches sur tout le vignoble du Domaine de Gueyze, après quatre cuvées labellisées par l’association d’apiculteurs Bee Friendly.

Ces ruches (développées par la société toulousaine SiConsult) sont équipées d’un capteur GPS capable de les géolocaliser en temps réel et d’un système de pesée permettant d’analyser leur état de santé.

Les capteurs BeeGuard permettent de quantifier l’impact des pratiques viticoles sur les populations d’insectes (pondérées par la température, l’hygrométrie…). Et donc de valider la conformité de l’environnement viticole à l’accueil de ruches.

De nouvelles pensionnaires au Château Suau

 

Il n’y a pas si longtemps, le Château Suau a franchi le pas en installant une vingtaine de ruches (pouvant accueillir jusqu’à 50 000 abeilles) dans leur domaine. Cette initiative est née d’une rencontre entre Éric Chabot (responsable technique du domaine) et Valérie Doussin (apicultrice depuis plus de 7 ans) qui n’ont pas hésité à lancer l’idée au cœur du bois d’acacias qui entoure une partie du vignoble.

Une situation idéale à deux pas d’un bois de châtaignier pour leur permettre d’être dynamique sans avoir à s’épuiser. Même si les abeilles sont peu actives sur les vignes elles permettent la biodiversité du vignoble. Elles assurent également 80% de la pollinisation du monde végétal, ce qui permet la reproduction des fleurs, et également de préserver cette espèce qui est menacée.

Le miel récolté sur le domaine est un miel d’acacia que vous pouvez trouver au château !

Les bienfaits du miel

 

Le miel est une substance sucrée fabriquée par les abeilles à l’aide du nectar des fleurs. 15ml soit environ une cuillère à table de miel représente 65 calories, 0,1g de protéines, 17,7 grammes de glucide, 0 gramme de lipide et de fibre alimentaire.

 

Dans une portion de 15 ml de miel, aucun nutriment ne rencontre les critères pour être considéré comme une source, une bonne source ou une excellente source. Le miel contient sensiblement la même quantité de sucre ou de calories que les autres agents sucrants.

 

Le miel aurait de multiples bienfaits, il aurait un effet prébiotique pour l’organisme, et un effet antioxydant qui agit contre les maladies cardiovasculaires. Il limiterait également la prolifération des cellules cancéreuses et aurait de plus un effet antibactérien.

Pin It on Pinterest

Share This
0
Votre panier